Ukraine : l’offensive «s’éternise», admet Loukachenko

Jon Gambrell et Cara Anna, La Presse Canadienne
Ukraine : l’offensive «s’éternise», admet Loukachenko

LVIV, Ukraine — L’armée ukrainienne a annoncé jeudi avoir repris certaines zones du sud et repoussé les attaques russes à l’est, alors qu’une bataille sanglante faisait rage dans une aciérie à Marioupol où des troupes ukrainiennes sont enfermées dans des tunnels et des bunkers, repoussant une attaque russe.

Dix semaines après le début d’une guerre dévastatrice, les forces ukrainiennes et russes se battent village par village, alors que Moscou lutte pour gagner du terrain dans le cœur industriel oriental du Donbass. La Russie s’est concentrée sur cette région – où les séparatistes soutenus par Moscou combattent les forces ukrainiennes depuis des années – après qu’une résistance plus acharnée que prévu ait enlisé ses troupes et contrecarré son objectif initial d’envahir la capitale.

Dans une interview accordée à l’Associated Press jeudi, le président biélorusse Alexandre Loukachenko a déclaré qu’il ne s’attendait pas à ce que l’offensive russe «s’éternise» de cette manière. Certaines troupes russes ont utilisé la Biélorussie comme rampe de lancement pour l’invasion du 24 février, et M. Loukachenko a publiquement soutenu l’opération.

«Mais je ne suis pas assez immergé dans ce problème pour dire s’il se déroule comme prévu, comme le disent les Russes, ou comme je le sens», a déclaré le dictateur. Il a ajouté qu’il serait «inacceptable» d’utiliser des armes nucléaires, mais il ne pouvait pas dire si la Russie avait de tels plans.

En plus des bombardements intensifs du Donbass, les forces russes ont également poursuivi leur bombardement des gares ferroviaires et d’autres cibles d’approvisionnement à travers le pays ― dans le cadre d’un effort visant à perturber l’approvisionnement en armes occidentales, qui ont été essentielles à la défense de l’Ukraine.

Les forces ukrainiennes ont indiqué jeudi avoir réalisé des gains à la frontière des régions méridionales de Kherson et Mykolaïv et repoussé 11 attaques russes dans les régions de Donetsk et Louhansk qui composent le Donbass.

Cinq personnes ont été tuées et au moins 25 autres blessées dans le bombardement de villes du Donbass au cours des dernières 24 heures, ont affirmé des responsables ukrainiens. Les attaques ont également endommagé des maisons et une école.

Des sirènes de raid aérien ont retenti dans les villes du pays mercredi soir, tandis que des attaques russes ont été signalées près de Kyiv, la capitale; à Cherkasy et Dnipro, dans le centre de l’Ukraine; et à Zaporijjia, au sud-est.

À Dnipro, les autorités ont dit qu’une installation ferroviaire avait été touchée – à la suite de plusieurs attaques antérieures contre des gares ferroviaires à travers le pays. Les sirènes ont de nouveau retenti tôt jeudi dans la ville occidentale de Lviv, qui a été une porte d’entrée pour les armes occidentales et a servi de refuge relativement sûr pour les personnes fuyant les combats plus à l’est.

Jour de la Victoire

La vague d’attaques survient alors que la Russie se prépare à célébrer le Jour de la Victoire le 9 mai, marquant la victoire de l’Union soviétique contre l’Allemagne nazie. Certains observateurs ont émis l’hypothèse que le président Vladimir Poutine voulait déclarer une sorte de victoire ce jour-là – mais avec la date imminente et ses troupes ne progressant que lentement, cela semble de plus en plus difficile. D’autres ont suggéré qu’il pourrait étendre ce qu’il appelle «l’opération militaire spéciale».

Une déclaration de guerre totale permettrait à M. Poutine d’introduire la loi martiale et de mobiliser les réservistes pour compenser les importantes pertes de troupes. Le Kremlin a rejeté la spéculation.

Une évaluation de l’Institut pour l’étude de la guerre, basé à Washington, révèle que les forces russes ont du mal à gagner du terrain.

«Les défenses ukrainiennes ont largement bloqué les avancées russes dans l’est de l’Ukraine», a-t-il déclaré mercredi soir.

«Les forces russes ont intensifié les frappes aériennes contre les infrastructures de transport dans l’ouest de l’Ukraine (mercredi), mais restent incapables d’interdire les livraisons d’aide occidentale à l’Ukraine», a-t-il ajouté.

Dans l’exemple le plus frappant de la façon dont les forces ukrainiennes ont ralenti la progression de la Russie, les combattants ukrainiens terrés dans l’aciérie tentaculaire d’Azovstal à Marioupol – la dernière poche de résistance dans une ville qui est par ailleurs contrôlée par les forces de Moscou ― refusent de se rendre.

«Avec l’appui d’avions, l’ennemi a repris l’offensive afin de prendre le contrôle de l’usine», a déclaré jeudi l’état-major de l’armée ukrainienne. Un panache de fumée noire s’est élevé au-dessus de l’usine mercredi.

Les Ukrainiens ont annoncé que les forces russes avaient pénétré dans le périmètre de l’usine et la bombardaient également des airs. Le Kremlin a nié qu’il y ait eu une offensive au sol.

Denys Prokopenko, le commandant du régiment ukrainien d’Azov qui défend l’usine, a déclaré dans une vidéo publiée mercredi que les incursions se sont poursuivies pendant une deuxième journée, «et qu’il y a de violentes batailles sanglantes».

La chute de Marioupol priverait l’Ukraine d’un port vital; permettrait à la Russie d’établir un corridor terrestre vers la péninsule de Crimée, qu’elle a saisie à l’Ukraine en 2014; et libérerait des troupes pour combattre ailleurs dans le Donbass.

La ville, et l’usine en particulier, en sont venues à symboliser la misère infligée par la guerre. Les Russes ont pulvérisé la majeure partie de Marioupol lors d’un siège de deux mois qui a piégé des civils avec peu de nourriture, d’eau, de médicaments ou de chauffage.

Les civils terrés à l’intérieur de l’usine ont peut-être encore plus souffert. Une centaine d’entre eux ont été évacués au cours du week-end – la première fois que certains voyaient la lumière du jour depuis des mois.

Le gouvernement russe a annoncé qu’il ouvrirait un autre couloir d’évacuation depuis l’usine à certaines heures du jeudi au samedi. Mais il n’y a pas eu de confirmation immédiate de ces arrangements par d’autres parties, et de nombreuses assurances précédentes du Kremlin ont échoué, les Ukrainiens accusant la poursuite des combats par les Russes.

On ne sait pas combien de combattants ukrainiens se trouvent encore à l’intérieur de l’usine, mais les Russes ont estimé leur nombre à environ 2000 ces dernières semaines, et 500 auraient été blessés. Quelques centaines de civils y restent également, a déclaré la partie ukrainienne cette semaine.

Les Nations Unies ont annoncé que plus de 300 civils avaient été évacués mercredi de Marioupol et d’autres communautés voisines. Les évacués sont arrivés à Zaporijjia, à environ 230 kilomètres au nord-ouest, où ils recevaient une aide humanitaire.

«Beaucoup sont venus avec rien d’autre que les vêtements qu’ils portaient, et nous allons maintenant les soutenir pendant cette période difficile, y compris avec un soutien psychologique indispensable», a déclaré Osnat Lubrani, le coordonateur humanitaire de l’ONU pour l’Ukraine.

Pendant ce temps, la Biélorussie a annoncé le début d’exercices militaires mercredi. Un haut responsable ukrainien a déclaré que le pays serait prêt à répondre si la Biélorussie rejoignait les combats.

Le ministère britannique de la Défense a indiqué jeudi qu’il ne prévoyait pas que les exercices constituaient actuellement une menace pour l’Ukraine, mais que Moscou les utiliserait probablement «pour épingler les forces ukrainiennes dans le nord, les empêchant de s’engager dans la bataille du Donbass».

En plus de fournir des armes à l’Ukraine, l’Europe et les États-Unis ont cherché à punir Moscou avec des sanctions, visant le secteur énergétique vital du pays. La haute responsable de l’Union européenne a appelé mercredi le bloc de 27 pays à interdire les importations de pétrole russe, une source de revenus cruciale.

La proposition doit être approuvée à l’unanimité par les pays de l’UE et sera probablement débattue avec acharnement. La Hongrie et la Slovaquie ont déjà déclaré qu’elles ne participeraient à aucune sanction pétrolière, mais elles pourraient bénéficier d’une exemption.

L’UE parle également d’un éventuel embargo sur le gaz naturel russe. Le bloc a déjà approuvé une coupure des importations de charbon.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires