Guy Lafleur: Québec discute avec la famille pour la tenue de funérailles nationales

Pierre Saint-Arnaud, La Presse Canadienne
Guy Lafleur: Québec discute avec la famille pour la tenue de funérailles nationales

MONTRÉAL — S’il n’en tient qu’à François Legault, il y aura des funérailles nationales pour Guy Lafleur.

«C’est tout le Québec qui est en deuil. Guy Lafleur était connu pour ses exploits sportifs, mais aussi, c’était un homme apprécié, simple, généreux», a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse convoquée explicitement pour rendre hommage à l’ancien numéro 10 du Canadien de Montréal, vendredi après-midi dans la métropole.

Le premier ministre a toutefois précisé que son gouvernement discute avec la famille afin de voir si elle consent à des funérailles nationales.«Je pense que c’est tout un peuple qui est en deuil. C’est normal que tout ce peuple-là puisse dire ses adieux à Guy Lafleur.»

L’Autoroute Guy Lafleur?

Déjà, cependant, un registre a été ouvert pour recevoir les condoléances de la population sur le site Québec.ca. Le décès du Démon blond à l’âge de 70 ans a d’ailleurs semblé pincer une corde sensible chez le premier ministre. «Quand on vieillit, on se rend compte que c’est jeune 70 ans. Ça nous rappelle qu’il faut profiter de la vie. Ça passe très vite. Ça passe aussi vite qu’un montée de Guy Lafleur.»

Le ministre Mathieu Lacombe a déjà fait part de la possibilité de nommer l’autoroute 50 «Autoroute Guy Lafleur». M. Lacombe est responsable de l’Outaouais et député de Papineau, où se trouve la municipalité de Thurso, d’où est originaire Guy Lafleur.

«On a appris aussi c’était où Thurso, parce que Guy Lafleur venait de Thurso. Bien honnêtement, on n’était pas plusieurs à savoir c’est où Thurso», a dit le premier ministre.

Outre l’autoroute 50, François Legault a précisé qu’on se penche sur d’autres façons de pérenniser son nom et celui d’un autre grand du hockey qui s’est éteint la semaine dernière. «J’ai demandé aux gens qui sont responsables de ça au gouvernement du Québec de regarder, mais c’est sûr qu’on veut poser un geste. D’ailleurs, en passant, on regarde aussi à poser un geste pour Mike Bossy.»

«L’idole de tout le monde»

François Legault, qui s’est présenté devant les médias aux côtés d’un gilet signé et encadré du célèbre numéro 10, n’a pas caché son admiration pour le Démon blond,dont il a rappelé les exploits en compagnie de ses compagnons de trio, Jacques Lemaire et Steve Shutt. M. Legault n’a pas manqué d’évoquer à quelques reprises ses montées à l’emporte-pièce, les cheveux au vent, à une époque où plusieurs joueurs de la LNH refusaient encore de porter le casque.

«C’était, à l’époque, l’idole de tout le monde. Vous vous rappelez dans l’ancien Forum, les gens qui criaient Guy, Guy, Guy!»

Et comme idole, a-t-il fait valoir, il jouait un rôle important pour l’ensemble des Québécois.

«Il a réussi à nous faire rêver, mais aussi à nous faire gagner, gagner des matchs, gagner des coupes Stanley et, dans ce sens-là, Guy Lafleur a donné beaucoup au peuple québécois.

«Il y en a beaucoup – et je m’inclus là-dedans – qui pensent que ç’a été le plus grand joueur de l’histoire de Ligue nationale», est-il allé jusqu’à affirmer. 

Son franc-parler: «Ouch!»

Au-delà du hockey, toutefois, le premier ministre a fait valoir que le disparu était extrêmement apprécié pour son franc-parler. «Guy Lafleur, quitte parfois à se mettre un petit peu dans le trouble, disait ce qu’il pensait et les Québécois aimaient ça.»

Pour l’illustrer, il rappelé cette phrase célèbre de Guy Lafleur, il y a quelques années, alors que le Canadien traversait une autre période difficile: «C’est simple, le Canadien a quatre quatrièmes lignes». 

«Ouch!», s’est exclamé François Legault en conclusion.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires