«Une tragédie humaine»: 523 décès par surdose signalés à Toronto l’an dernier

TORONTO — La médecin en chef de Toronto qualifie la crise des surdoses d’opioïdes d’épidémie de toxicité médicamenteuse et fait pression pour une réponse empathique en matière de santé, alors que les autorités ont publié des données annuelles préliminaires sur les décès par surdose dans la Ville.

La Santé publique de Toronto affirme que les données publiées mercredi montrent que 523 décès dus à une intoxication aux opioïdes ont été signalés l’année dernière, soit une légère hausse par rapport à l’année précédente. Il s’agit toutefois d’une baisse par rapport au sommet de 591 de 2021.

Dans un communiqué, la médecin-hygiéniste en chef de la ville, la docteure Eileen de Villa, a qualifié les pertes de vies continues de «dévastatrices», ajoutant qu’il s’agissait d’une «tragédie humaine qui exige que nous réagissions avec empathie, soin et compassion».

Les détails préliminaires de 426 des décès jugés accidentels montrent qu’environ la moitié de ces personnes vivaient dans un logement privé et plus d’un tiers étaient chez elles lorsqu’elles sont décédées.

Certains ont critiqué la récente décision de la Colombie-Britannique de recriminaliser la possession publique de drogue, en partie parce qu’ils affirment que cela poussera les gens à consommer de plus en plus de drogues dans des espaces privés, hors de la vue de ceux qui pourraient les aider en cas de surdose.

La demande de décriminalisation des drogues du Bureau de santé publique de Toronto, qui fait partie d’une série de mesures qu’elle a préconisées pour lutter contre la crise des surdoses, a été rejetée par Ottawa plus tôt ce mois-ci.