Hughes ne fait pas de coup d’éclat lors de l’ouverture du marché; Slafkovsky signe

Alexis Bélanger-Champagne, La Presse Canadienne
Hughes ne fait pas de coup d’éclat lors de l’ouverture du marché; Slafkovsky signe

BROSSARD, Qc — Kent Hughes a volé la vedette lors de la première ronde du repêchage de la LNH en sélectionnant Juraj Slafkovsky au premier rang et en faisant l’acquisition du jeune centre Kirby Dach. Moins d’une semaine plus tard, le directeur général du Canadien de Montréal a été discret lors de l’ouverture du marché des joueurs autonomes.

Hughes a néanmoins réglé un dossier important en début d’après-midi mercredi. Il a consenti un contrat de recrue de trois saisons à Juraj Slafkovsky. Il a aussi mis sous contrat trois joueurs de profondeur qui pourraient appuyer les espoirs de l’équipe chez le Rocket de Laval: le défenseur Madison Bowey et les attaquants Anthony Richard et Mitchell Stephens.

Un porte-parole du Canadien a indiqué aux représentants des médias en fin d’après-midi mercredi que Hughes ne prendrait pas la parole au cours des prochaines heures. Il a ajouté cependant que Hughes continuait à travailler sur des dossiers.

Le début du congé estival devra attendre encore un peu pour la direction du Canadien.

Lors de ses récentes conférences de presse, Hughes avait annoncé son intention d’améliorer la situation du Canadien face au plafond salarial. Il l’a fait en partie en se débarrassant du contrat de Shea Weber il y a quelques semaines, mais d’autres dominos devraient suivre.

Hughes n’a jamais caché qu’il aimerait se départir du défenseur Jeff Petry, qui aimerait rentrer aux États-Unis pour des raisons familiales. Certains s’attendaient à ce qu’une équipe se tourne vers le défenseur américain âgé de 34 ans comme plan B ou C lors de l’ouverture du marché des joueurs autonomes. Hughes fait visiblement preuve de patience dans ce dossier.

Le directeur général recrue n’a également pas caché qu’il souhaitait ajouter de l’expérience à la ligne bleue pour entourer les jeunes défenseurs prometteurs de l’équipe. Peut-être parce qu’il a les mains liées au niveau de la masse salariale, Hughes n’a pas succombé à la tentation d’offrir un riche contrat qu’il pourrait regretter d’ici quelques saisons.

Slafkovsky sous contrat

Le Canadien de Montréal n’a pas dévoilé les détails financiers de l’entente, mais on peut s’attendre à ce que le Slovaque âgé de 18 ans ait signé un contrat pour le montant maximum de 950 000 $ US par saison. Il pourrait toucher jusqu’à 4,45 millions $, si l’on inclut les bonus de performance.

Slafkovsky a été sélectionné par le Canadien au premier rang du repêchage de la LNH, jeudi dernier. Il a brillé aux Jeux olympiques de Pékin et au Championnat mondial, en plus d’évoluer pour le TPS Turku, en ligue finlandaise.

Il a fait bonne impression lors du camp de développement de l’équipe cette semaine au Complexe sportif Bell. Slafkovsky a notamment fait bouger les cordages après une vingtaine de secondes de jeu lors d’un match intra-équipe à quatre contre quatre, mercredi midi.

Des renforts pour le Rocket?

Avant l’ouverture du marché des joueurs autonomes, le Canadien avait annoncé le retour de trois attaquants ayant aidé le Rocket de Laval à atteindre les demi-finales de la Ligue américaine de hockey: Alex Belzile, Joël Teasdale et Nate Schnarr.

Certains éléments importants chez le Rocket l’hiver dernier ont changé de camp, dont le capitaine Xavier Ouellet, embauché par les Penguins de Pittsburgh.

Bowey, Richard et Stephens pourraient bien partager leur expérience avec les espoirs du Tricolore chez le Rocket l’hiver prochain. Ils ont tous les trois paraphé des ententes d’une saison à deux volets.

Hughes a fait un heureux en embauchant Richard, qui est représenté par son ancienne firme d’agents, Quartexx.

«Ça fait presque 10 ans que je quitte ma famille en août, a noté Richard, qui est natif de Trois-Rivières. Quand le Canadien a démontré de l’intérêt, j’ai reçu d’autres offres, mais le fait de rentrer à la maison et de pouvoir voir ma famille plus souvent m’a excité.»

Joueur de centre de 25 ans, Richard a disputé 71 matchs avec le Crunch de Syracuse et les Admirals de Milwaukee la saison dernière, récoltant 17 buts et 21 aides. Il a pris part à deux matchs en carrière dans la LNH avec les Predators de Nashville.

Richard, qui est un marchand de vitesse, avait bien paru en séries avec le Crunch, qui a été éliminé par le Rocket en demi-finale de sections. Il espère maintenant briller avec le Rocket et éventuellement avoir l’occasion de faire sa niche dans la LNH.

«Avec des joueurs comme Laurent Dauphin et Rem Pitlick qui ne sont pas de retour, il y a des trous qui s’ouvrent dans la hiérarchie chez le Canadien», a souligné Richard.

Bowey, qui est âgé de 27 ans, a quant à lui disputé 53 matchs avec les Canucks d’Abbotsford, dans la Ligue américaine de hockey, l’hiver dernier. Il totalise 158 parties d’expérience dans la LNH avec les Capitals de Washington, les Red Wings de Detroit, les Blackhawks de Chicago et les Canucks de Vancouver.

Finalement, Stephens a joué 27 matchs avec les Red Wings en 2021-22 et il a récolté six aides. L’Ontarien âgé de 25 ans a disputé 72 matchs en carrière dans la LNH avec le Lightning de Tampa Bay et les Red Wings.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires