Forêt privée: une récolte record en 2018

Photo de Eric Gourde
Par Eric Gourde
Forêt privée: une récolte record en 2018
Un boisé bien aménagé devient un bon placement avec le temps estiment les ingénieurs forestiers (Photo : gracieuseté )

BOIS. Les producteurs de bois de la région ont livré aux usines un volume record de bois en 2018, selon les plus récents chiffres des volumes mobilisés par région.

Autant l’Agence de mise en valeur de forêts privées des Appalaches que celle de la Chaudière ont largement surpassé les cibles qu’elles avaient établies en début d’année avec plus de 700 000 mètres cubes de bois.

«L’an dernier, nous avions récolté 571 000 mètres cubes de bois, ce qui était déjà un record. La demande a été forte au niveau des scieurs et les prix étaient aussi au rendez-vous jusqu’en septembre et octobre, alors les conditions étaient là pour que ça marche», indique le directeur général de l’Agence des Appalaches, Jean-Pierre Faucher.

Il ajoute même que l’on exploite davantage les boisés que leur capacité réelle depuis un certain temps, sauf que cela peut même être bénéfique pour la forêt. «On coupe plus que la possibilité, surtout dans le bois résineux, mais ce n’est pas inquiétant. Nous avons été tellement longtemps à ne pas la couper que nous avons du volume disponible pour encore plusieurs années.»

C’est environnemental de couper un arbre rappelle-t-il. «L’arbre, une fois à maturité, perd de la croissance et avec le temps, il va se décomposer et émettre du CO2. Ce qu’il a capté, il va le relâcher. C’est quand il est en croissance qu’il joue son rôle environnemental.»

Jean-Pierre Faucher est le directeur de l’Agence de mise en valeur des Appalaches

Autrement dit, il faut constamment rafraichir la forêt, ajoute-t-il. «La forêt est mûre. Il a eu une épidémie de tordeuse dans les années 70-80, alors il faut finir par l’exploiter. Le ministère souhaite que l’on «focusse» sur la mobilisation des bois. Comme nous avons aussi planté beaucoup d’arbres, il faut éclaircir nos plantations. Pour le sapin, c’est environ 50 ans, mais cela varie en fonction des essences. Certaines poussent plus vite. Le tremble atteint sa maturité assez jeune, l’épinette va suivre, puis la plaine, le bouleau, etc.»

La région est toujours très active dans ce secteur d’activité, rappelle Jean-Pierre Faucher et peut œuvrer dans une forêt en santé avec des volumes de bois qui seront assurément en progression pour les prochaines années. «La MRC des Etchemins se démarque naturellement, ayant plus du double des propriétaires actifs et les deux tiers des superficies en aménagement. Bellechasse, particulièrement au sud, est aussi actif. Il y a beaucoup de potentiel à développer dans Montmagny-L’Islet pour recruter des gens et faire de la coupe. Il y a du là retard à reprendre à ce chapitre, plus qu’ailleurs.»

Les temps changent

M. Faucher ajoute que la disparition de certains produits et dérivés du bois force maintenant les responsables à chercher de nouveaux débouchés pour le produit. La disparition du bois de 4 pieds (pitoune) et la diminution du papier entrent bien dans ce contexte. «Les scieurs de résineux ont repris les parts du marché. Une fois transformé, ce bois est normalement exporté et va servir à la construction, surtout aux États-Unis. Aussi, comme les scieurs frontaliers ont moins eu accès au bois américain en raison des tarifs douaniers et d’un manque de main-d’œuvre, ils ont eu davantage besoin du nôtre pour combler leurs besoins.»

À ce titre, les problématiques de main-d’œuvre affectent naturellement le secteur de la forêt, confirme M. Faucher. «On se gratte la tête. En forêt, nous allons bientôt manquer de reboiseurs, de débroussailleurs, surtout les fonctions manuelles. Il va falloir trouver des solutions parce que ça ne marchera plus.»

Les modèles d’affaires sont aussi en mutation dans le domaine. Comme dans bien des secteurs d’activités, les plus grandes entreprises sont généralement celles qui réussissent à innover. Longtemps souhaitée dans la région des Etchemins particulièrement, l’industrie de la granule de bois n’a pas encore réussi à s’établir véritablement, malgré le désir de certains entrepreneurs. «Actuellement, ce sont des grosses entreprises qui réussissent à générer suffisamment de production pour rendre cela rentable. Ça semble plus difficile pour les petits. C’est dommage, car cela permet de récupérer du petit bois qui présentement n’a peu ou plus de marchés. On laisse davantage de bois sur le parterre de coupe par manque de débouchés», explique M. Faucher.

L’industrie du bois de chauffage continue toutefois de tirer son épingle du jeu, même s’il est difficile de chiffrer son évolution, ajoute-t-il. «Je ne peux dire si les volumes ont diminué. Des producteurs en font encore des volumes importants. Ce sont des revenus importants aussi dans la région. Ce sont des types de bois qui se perdaient et où il y a peu de marchés potentiels. Cela crée une autre économie.»

Consultation en cours dans Les Etchemins

Les producteurs seront invités au cours des prochaines semaines à prendre part à des consultations sur différents sujets en lien avec la forêt. On cherchera également à rejoindre les producteurs et propriétaires de boisés afin de véhiculer, auprès d’eux, l’importance de l’aménagement en général. Les idées recueillies serviront à l’ensemble de la région.

«Il est aussi vrai qu’aujourd’hui, il y a davantage de nouveaux propriétaires de boisés, généralement des citadins qui ne connaissent pas l’aménagement, alors notre défi est de les sensibiliser aux bienfaits de couper des arbres et d’aménager leur boisé. On veut faire du démarchage auprès d’eux pour les garder dans le moule. Le nombre de producteurs actifs baisse chaque année et ce n’est pas ce que l’on veut non plus», indique M. Faucher en terminant.

Évolution des volumes mobilisés par région

 

Agence Cible de mobilisation des bois 2017 (m3) Volume livré aux usines pour l’année 2017 (m3) Cible de mobilisation des bois 2018 (m3) Volume livré aux usines pour l’année 2018 (m3) Cible de mobilisation des bois 2019 (m3)
Appalaches 556 141 571 400 500 000 705 961 700 000
Bas St-Laurent 1 312 343 1 173 400 1 300 000 1 264 123 1 313 000
Bois Francs 320 450 325 600 310 000 322 002 275 000
Chaudière 593 146 548 800 565 000 707 988 589 000
Québec 463 942 410 300 410 000 403 015 375 000

 

Source: Fédération des producteurs forestiers du Québec

 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires