Jimmy Chabot: de simple employé à directeur d’usine

Photo de Eric Gourde
Par Eric Gourde
Jimmy Chabot: de simple employé à directeur d’usine
Natif de Sainte-Claire, Jimmy Chabot est le nouvel homme de confiance d'André Amyot pour diriger l'entreprise à Sainte-Claire. (Photo : La Voix du Sud - Éric Gourde)

SAINTE-CLAIRE. L’histoire de Jimmy Chabot n’a rien de banal. Il est employé de l’usine Kerry de Sainte-Claire depuis maintenant 13 ans et le voilà à la direction de celle-ci depuis trois semaines.

Le principal intéressé est âgé de 35 ans, est né à Sainte-Claire et y habite toujours. Sa nomination a été annoncée il y a quelques jours à peine par le vice-président aux opérations, André Amyot, qui lui avait demandé d’assurer l’intérim, ayant également des obligations à l’usine de Savannah en Georgie. Ce dernier avait de bons mots pour son protégé. «C’est pleinement mérité. Jimmy a travaillé fort avec moi à trois reprises et c’est quelqu’un de très versatile.»

Jimmy Chabot

Jimmy Chabot a d’abord commencé comme opérateur avant d’avoir des opportunités pour obtenir un poste de superviseur de production.  «Pendant ces années de supervision, le domaine de la gestion m’a intéressé. J’ai commencé à faire mon Baccalauréat à temps partiel pendant que je travaillais, ce qui m’a permis de me préparer à d’autres rôles.»

Sa première expérience dans l’usine remonte à 2001, alors qu’elle était la propriété d’Agrinove. À ses débuts officiellement en 2006, la compagnie Kerry était en place. Depuis son arrivée, il a d’abord eu comme tâche d’effectuer la maintenance de la cafétéria et de ramasser les ordures pour ensuite gravir les échelons et effectuer des tâches plus traditionnelles. «J’ai touché pas mal à tout. C’est possiblement un avantage, car je connais la réalité du plancher, des travailleurs ainsi que les soucis potentiels et les technologies en place. C’est une fierté aussi. Le fait d’être d’ici fait que j’ai à cœur cette usine-là. Des gens de ma famille et de mon entourage y ont aussi gagné leur vie.»

L’arrivée d’André Amyot en 2012 devient une autre étape avantageuse pour Jimmy Chabot qui a pu développer une belle complicité avec son patron.  «Il y a eu la mise en place d’un département d’amélioration continue, ce qui m’a amené à faire une transition dans ce rôle-là en 2013. Après un an, nous avions du succès grâce à cela et André a voulu l’étendre aux autres usines du groupe. J’ai été en charge de trois sites, soit à Sainte-Claire, Savannah en Georgie et Byesville en Ohio. J’ai vécu un an aux États-Unis avec ma conjointe et ma fille.» Il a finalement décidé de revenir au Québec l’an dernier, après que sa conjointe soit tombée enceinte de leur deuxième enfant.

Jimmy Chabot espère apposer sa signature à certaines initiatives maintenant qu’il est à la direction de l’usine, notamment au niveau de l’implication dans la communauté. «L’un de mes objectifs de voir l’entreprise s’afficher davantage dans la communauté. Il faut démontrer que nous sommes là. J’aimerais que l’entreprise participe à certaines choses dans le milieu. Nous avons des idées.»

Il confirme également des investissements de 2,5 millions dans un avenir rapproché dans le but d’améliorer une ligne aseptique. «On modernise l’un de nos silos et l’une de nos lignes pour accroître notre capacité de production. On parle d’environ 8 à 10 millions d’unités annuellement. Nous sommes aussi en discussion avec la municipalité pour bonifier notre capacité en eau potable.»

Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'abonner  
Me notifier des