Saint-Michel: les Amis du Presbytère en mode financement

Photo de Eric Gourde
Par Eric Gourde
Saint-Michel: les Amis du Presbytère en mode financement
Sylvie Lauzon est présidente de la Société des Amis du Presbytère de Saint-Michel-de-Bellechasse (Photo : La Voix du Sud - Éric Gourde)

PATRIMOINE. La Société des Amis du Presbytère de Saint-Michel-de-Bellechasse tend une perche à toute la population québécoise, l’invitant à jouer un rôle dans la transformation du vieux presbytère de la localité.

Créée à la suite d’une consultation menée auprès de la population de Saint-Michel à l’automne 2020, la Société travaille à la sauvegarde et à la valorisation du monument qui date de 1739. L’initiative vise à convaincre des gens de s’allier à sa mission et à participer à ses opérations en achetant une carte d’adhésion.

« On a fait beaucoup de travail. On a fini de jaser comme tel. Nous avions déjà un aperçu de ce que nous souhaitions faire et proposer éventuellement à la municipalité. Nous travaillons actuellement à l’améliorer, ce qui sera fait d’ici la fin du mois. Un cadre décisionnel, une étude de faisabilité et un plan d’affaires suivront pour éventuellement présenter nos idées à la municipalité en janvier prochain », indique Sylvie Lauzon, présidente du conseil d’administration de la Société des Amis du Presbytère.

« Ce n’est pas dans nos plans de faire l’acquisition du presbytère », précise Mme Lauzon, sauf que l’on sait que la municipalité n’a pas les ressources financières et humaines pour gérer un tel projet. C’est pourquoi nous proposons que la Société agisse éventuellement comme contremaître ou maitre d’œuvre d’un éventuel projet. Quand nous irons voir la municipalité, non seulement nous aurons un projet global et structurant, mais nous saurons ce qui est possible ou non. »

L’achat du presbytère, par le conseil précédent, a possiblement été précipité, selon elle. Il aurait fallu prévoir quoi en faire à ce moment. «On aurait dû se poser ces questions-là à ce moment. Qu’est-ce que l’on va faire avec le presbytère et ce qui se trouve autour. Nous aurions dû avoir une réflexion, or ça ne s’est pas fait. C’est pourquoi j’ai choisi de provoquer les choses. »

Des idées bien identifiées

Selon Mme Lauzon, des idées existent déjà dans le milieu. La nouvelle bibliothèque pourrait être située dans le secteur, peut-être à l’intérieur de l’église. Un musée de voitures miniatures pourrait se retrouver dans la Grange à Dîme. La municipalité a d’ailleurs acquis, il y a un certain temps, la collection du modéliste Daniel Pouliot de Saint-Michel, dont les objets représentant des dizaines de maisons anciennes et quelque 200 modèles de voitures d’été et d’hiver se trouvaient dans son musée, l’Atelier du voiturier.

« Il faut prendre cette collection et lui redonner une vie. Rouvrir la grange serait un bel hommage aux bâtisseurs de l’époque. L’architecture est de toute beauté. Saint-Michel peut devenir un phare pour le patrimoine bâti. »

Le rez-de-chaussée du presbytère serait dédié aux gens qui ont bâti Saint-Michel et Bellechasse. Les religieux, les agriculteurs, les maraîchers, les capitaines de bateau et autres. La vocation serait à la fois muséale, culturelle, récréotouristique et éducative. « On croit que l’ensemble immobilier du presbytère peut devenir un levier social, économique et culturel important pour l’avenir de la municipalité, de Bellechasse et du Québec. Le projet devra avoir un effet multiplicateur sur le dynamisme communautaire, la protection du patrimoine bâti et sur l’économie locale et régionale », illustre Mme Lauzon.

« On a du tourisme à Saint-Michel sans nécessairement faire de publicité. Il nous faut en profiter et montrer quelque chose à ces gens-là lorsqu’ils nous visitent », fait-elle valoir en terminant.

Au cours des prochaines semaines, la Société s’affairera à finaliser l’élaboration de son projet, déterminer un encadrement juridique et décisionnel qui guidera la gouvernance, développer un plan financier, y compris l’identification de sources de financement et de partenariats, tout ça dans le but de présenter un document concept à la Municipalité en janvier 2022.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
1 Commentaire
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Ginette Lagueux
Ginette Lagueux
3 mois

1739, ça ne date pas d’hier! Notre patrimoine religieux doit être conservé et vu par le peuple qui l’a créé et par les touristes de partout dans le monde. Le projet « Espace bleu » du gouvernement actuel de la CAQ devrait prioritairement accorder des fonds pour la restauration de ce presbytère, un des plus anciens du Québec. Notre histoire s’est écrite sur ses murs. Il garde en mémoire l’évolution d’un peuple qui a combattu pour sauver sa culture et sa langue.
Ginette Lagueux,
Sherbrooke