Saint-Michel : Stéphane Garneau et Éric Tessier se font la lutte

Photo de Serge Lamontagne
Par Serge Lamontagne
Saint-Michel : Stéphane Garneau et Éric Tessier se font la lutte
Éric Tessier et Stéphane Garneau souhaitent devenir maire de Saint-Michel ce dimanche 7 novembre. (Photo : La Voix du Sud)

POLITIQUE. Lors de l’élection municipale de ce dimanche 7 novembre, le maire sortant de Saint-Michel Éric Tessier sera confronté à Stéphane Garneau, conseiller sortant qui après deux années au sein du conseil, souhaite obtenir la confiance des citoyens se sa localité.

S’il est un nouveau venu en politique municipale, Stéphane Garneau est d’avis que ces deux dernières années lui ont permis de se familiariser avec la politique municipale et de se préparer à cette nouvelle étape.

Natif de Saint-Michel, M. Garneau dit d’abord se présenter à la mairie de Saint-Michel « par amour pour son village ». Il rappelle qu’il ne se présente pas seul, mais accompagné d’une équipe composée de gens qui ont des expériences différentes et se présentent dans le même objectif, soit celui de travailler au développement de leur milieu.

« Ce n’est pas une formation politique officielle, mais on partage des intérêts communs », poursuit-il en ajoutant que lui et son équipe souhaitent mieux informer les citoyens et donner plus de place à la consultation. « En tant qu’élus, nous devons tenir compte des préoccupations des citoyens dans nos prises de décisions », rappelle-t-il.

En priorité, Stéphane Garneau et son équipe souhaitent faire un état de situation des principaux dossiers en cours à Saint-Michel. En tête de liste se trouve celui du traitement des eaux usées et à cet égard, il rappelle que Saint-Michel est l’une des 81 municipalités au Québec qui déversent toujours leurs eaux usées directement dans le fleuve et qu’un tel dossier devrait être réglé depuis longtemps.

Candidat à la mairie de Saint-Michel, Stéphane Garneau s’est donné pour mandat, avec l’équipe qui l’accompagne, de rebâtir les ponts avec les citoyens ainsi qu’avec ses voisins.

La finalisation du réseau d’aqueduc, où il y a « des bouts de ligne qui doivent être raccordés », est un autre dossier auquel il entend s’attaquer, tout comme l’avenir du presbytère et la sauvegarde du patrimoine en général. À cet effet, il cite également l’avenir de l’église, rappelant qu’un comité travaille actuellement sur ce dossier et que des séances d’information avec les citoyens devront être tenues afin de présenter l’ensemble des travaux effectués par le groupe et les pistes de solutions qu’il préconise.

« C’est un dossier sensible, ça fait partie de notre histoire. Il en va de même pour le presbytère puisque deux projets citoyens seront éventuellement présentés au conseil, sans oublier la fiducie. On voudra savoir ce que les gens souhaitent et aligner les décisions du conseil en fonction de cela. La venue d’un CPE est également très importante, car les jeunes familles et les enfants sont l’avenir de notre municipalité. »

Éric Tessier recherche un dernier mandat

Maire sortant à Saint-Michel, Éric Tessier souhaite faire un second et dernier mandat pour consolider certains changements amorcés au cours des quatre dernières années dans sa localité. À l’image du fleuve, son premier mandat a été houleux par moments, ce à quoi il s’attendait au départ.

Maire sortant à Saint-Michel, Éric Tessier souhaite faire un second et dernier mandat pour consolider certains changements amorcés au cours des quatre dernières années dans sa localité.

« J’ai voulu amener de la rigueur et j’ai eu le courage d’avancer et de brasser la cage. En quatre ans, on ne peut pas faire grand-chose, surtout que la pandémie nous a enlevé un bon 18 mois. La municipalité sera en bonne santé financière pour investir. On pourra développer, mais selon des balises serrées, sinon on pourrait gaspiller beaucoup d’argent. »

Il ajoute qu’il jugeait nécessaire de sortir la municipalité, la MRC et les citoyens de leur zone de confort. « Il faut réajuster et peaufiner les changements faits parce que Saint-Michel était à la croisée des chemins il y a quatre ans. Être intègre, juste, rigoureux et proactif, ce n’est jamais payant. Les gens n’ont toutefois rien perdu en quatre ans. La bouée, le budget, leur droit de parole, le presbytère, etc. On doit cependant avancer. Il reste toutefois un bout de chemin à faire pour consolider les changements, tout en préservant l’identité du milieu de vie, et préparer la relève. ».

Il estime aussi avoir pris des décisions viables à long terme en matière d’infrastructures et d’organisation du travail. « Le prochain conseil aura les coudées franches pour bien développer et lentement. Tous les secteurs des rangs sont prêts à investir, puisque les plans et devis sont faits. On pourra développer, mais selon des balises serrées, sinon on pourrait gaspiller beaucoup d’argent. »

Sa candidature se fait sur trois thèmes cette fois-ci, soit l’environnement, le développement et la sécurité. « Il faudra éventuellement réaliser notre projet d’assainissement des eaux, protéger le littoral tout en préservant les acquis des citoyens, protéger les milieux humides et les terres agricoles et se pencher sur l’évolution du dossier des matières résiduelles, prolonger les services et les infrastructures vers l’ouest du village », précise-t-il en ajoutant qu’il faudra aussi développer certains attraits, selon les réalités financières de la municipalité, puis améliorer l’équité fiscale, « car il y a des gens qui payent trop et d’autres pas assez. »

En matière de sécurité, la gestion de la circulation sur le territoire et le regroupement de certains services avec les localités voisines font aussi partie de la plateforme qu’il propose.

« Être intègre, juste, rigoureux et proactif, ce n’est jamais payant, sauf que nous n’avions pas de cellulaire ou de Netflix il y a 20 ans. La société change et nos obligations municipales s’accumulent. Saint-Michel avait des questions à se poser et il est certain que la gestion du changement est complexe. En 2022, on devra tendre la main vers un partage de services municipaux avec d’autres. Ce n’est pas sexy, mais nécessaire et inévitable. »

Avec la collaboration d’Éric Gourde

 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires