Massif du Sud: un adulte handicapé privé de son sport favori

Massif du Sud: un adulte handicapé privé de son sport favori

Alexandre Lafontaine pouvait skier avec son père Daniel grâce à un équipement comme celui-ci.

Crédit photo : gracieuseté

PLEIN AIR. Les querelles entre la direction de la station touristique Massif du Sud et ceux qui critiquent ses façons de faire ne semblent pas vouloir se terminer.

Le plus récent épisode implique le comité de direction de la station qui priverait une demi-douzaine de citoyens de droits d’accès au site sous prétexte qu’ils nuiraient à la station de ski. Selon le Journal de Québec, un groupe de résidents de Saint-Philémon a récemment reçu une lettre les avisant qu’ils ne seront plus autorisés à circuler sur les terrains du Massif du Sud.

Parmi eux, on remarque l’ex-directeur général de la station, Daniel Lafontaine, père d’Alexandre Lafontaine, un jeune handicapé de 27 ans et adepte de ski assis. Ce dernier est privé de son sport préféré depuis que la direction de la station a choisi d’imposer de nouvelles conditions, puisque le jeune doit maintenant payer des coûts de location d’un équipement qui s’élèvent à près de 300 $ par jour, alors que cela était gratuit depuis 14 ans. Cet équipement avait été donné par la fondation de l’ex-gouverneure générale Lise Thibault il y a plusieurs années.

Ex-directeur-général de la station, Daniel Lafontaine déplore que l’on se serve de son fils pour l’atteindre, lui qui a dû s’impliquer récemment dans une cause impliquant la station de ski. «C’est depuis 2003-2004 que l’on skie à cet endroit et c’est après avoir essayé le siège en question. Le siège a été donné à la station. En raison du litige, je peux aller à la station à titre d’accompagnateur. On empêche donc mon fils handicapé de skier à un prix normal, alors qu’il le fait depuis 14 ans.»

Comme parent d’un enfant handicapé, M. Lafontaine doit constamment livrer des combats. Pour lui, celui-ci est inutile. Il entend également lancer une campagne de sociofinancement pour faire l’achat d’un siège dont il pourra se servir en permanence et ailleurs qu’au Massif au besoin. «Quand on a accès à une activité comme celle-là, on veut continuer à la pratiquer. On a vraiment beaucoup de plaisir ensemble.»

Encore du négatif

Cet autre épisode déplait au maire de la localité, Daniel Pouliot, qui souhaite depuis longtemps que cesse la publicité négative autour du secteur. Il se dit également mal à l’aise face à une aide de 1 700 $ versée par la municipalité pour que la station puisse se promouvoir. «Il faudra que tous celles et ceux qui s’impliquent autour de la station de ski réfléchissent sur tout ce qui se fait à l’avenir. Ce ne sont pas aux utilisateurs de payer pour des divergences entre des individus.»

Il espère toujours que le climat qui perdure depuis un certain temps finira par s’estomper. «C’est une autre publicité négative et ce n’est pas nous qui l’avons créé. Il y a des gens autour de la station qui auraient avantage à réfléchir également pour que cessent les folies.»

La direction a, depuis, réagit à la situation. Voir ci-dessous:

3
Poster un Commentaire

avatar
1 Comment threads
2 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
3 Comment authors
Suzan BujoldEric GourdeFrédérik Maheu Recent comment authors
Frédérik Maheu
Invité
Frédérik Maheu

Rectification des faits. On prend le temps de s’informer avant de critiquer. Nous sommes dans une monde de fausses nouvelles.
http://massifdusud.net/…/rectification-des-faits-ski…/

Suzan Bujold
Invité
Suzan Bujold

Le prix quelqu’il soit n’est pas le propos, celui-ci est qu’il s’agit de représailles envers le père parce qu’il a témoigné dans le litige impliquant la Station du Massif du Sud. Rectification des faits:représailles. La chaise était prêtée depuis 14 ans et le père achetait le billet de saison familial. Cette année, la Station a refusé de vendre le billet de ski familial au père en représailles. Alexandre en fait les frais, c’est de cela dont on parle. Les tarifs qui changent au gré des événements ces jours-ci ne sont pas importants.