Fin de la desserte ambulancière de nuit à Saint-Fabien le 31 mars ?

Photo de Serge Lamontagne
Par Serge Lamontagne
Fin de la desserte ambulancière de nuit à Saint-Fabien le 31 mars ?
La centrale ambulancière de Saint-Fabien-de-Panet ne sera plus en opération entre 18 h et 6 h du matin à compter du 31 mars prochain, à moins de changements. (Photo : gracieuseté)

SANTÉ. Des nouvelles courent depuis quelques jours à l’effet que l’ensemble des localités de la MRC Montmagny-Sud desservies par la centrale ambulancière de Saint-Fabien-de-Panet, ainsi que celle de Saint-Magloire, ne seront plus couvertes par cette dernière la nuit (entre 18 h et 6 h du matin) à compter du 31 mars prochain.

L’alerte, donnée par la municipalité de Saint-Magloire sur sa page Facebook, a été reprise à volonté par les municipalités concernées et l’ensemble des médias au cours des derniers jours.

Superviseur chez Ambulances L’Islet-Sud, dont le siège social est basé à Saint-Pamphile et qui gère la centrale de Saint-Fabien, Mario Robitaille a dit déplorer cette décision du ministère de la Santé et des Services sociaux, ainsi que du CISSS, qui pourrait selon lui causer des préjudices aux résidents des municipalités concernées, soit Saint-Paul-de-Montminy, Saint-Fabien, Saint-Just-de-Bretenières, Sainte-Lucie Lac-Frontière, Sainte-Apolline-de-Patton et Saint-Magloire.

M. Robitaille mentionne que cette décision découle de la transformation de la centrale de Saint-Fabien qui passera, le 31 mars, d’un horaire de faction à un horaire à l’heure de 12 heures de jour (6 h du matin à 18 h).

« Le CISSS a émis un communiqué ce matin disant qu’ils n’avaient jamais obligé personne à abandonner l’horaire de faction pour tomber à l’horaire à l’heure, mais tout le monde souhaite que la faction se termine. Si on a la chance d’améliorer la qualité de vie de nos employés, on n’ira pas contre cela. Ce sont à eux à mettre les budgets pour couvrir adéquatement le secteur », a-t-il mentionné en ajoutant que s’ils avaient dit non à la conversion, jamais ils ne l’auraient obtenue.

« Notre tour est arrivé, mais la pilule passe de travers un peu. C’est inquiétant pour tout le monde de savoir qu’il n’y aura plus d’ambulance de nuit à compter du 31 mars. Selon ce qu’on entend dire, ce sera difficile de changer cette décision, mais ça s’est déjà vu ailleurs », a-t-il tenu à rappeler en ajoutant qu’il doutait de l’efficacité d’une couverture de nuit qui serait assurée par les centrales de Sainte-Justine, Armagh et Saint-Pamphile, car cela entraînera à coup sûr des délais supplémentaires.

« Saint-Fabien est à une demi-heure de tout le monde. Si l’ambulance est demandée à Saint-Just et que les ambulanciers de Sainte-Justine sont pris ailleurs, cela voudra dire qu’on fera appel aux ambulanciers de Saint-Pamphile, à 45 minutes de là. Cela n’a pas de bon sens », mentionne-t-il en ajoutant qu’il en ira de même pour Saint-Paul ou Sainte-Apolline.

« Armagh est situé tout près, mais si les ambulanciers ne sont pas ne sont disponibles, qui viendra ? Montmagny ou Saint-Pamphile. Le CISSS nous dit qu’il n’y aura pas de bris de service, que les autres vont couvrir le territoire et que ce sera pareil, mais c’est impossible. Pour un événement, peut-être que ce le sera, mais pour plusieurs autres non. On a quatre véhicules pour desservir 4 000 km carrés et tu ne peux pas en enlever un sans que cela paraisse, poursuit-il.

Budget ajusté

Mario Robitaille mentionne que pour assurer le passage de l’horaire de faction à un horaire à l’heure de jour, Ambulances L’Islet-Sud a eu droit à une bonification de 68 000 $ de son budget, qui avoisinera les 800 000 $. Pour assurer un service de nuit à l’heure, une somme similaire serait nécessaire. Il ajoute que des tractations politiques sont déjà amorcées du côté de la MRC de L’Islet, mais que les MRC de Montmagny et des Etchemins sont aussi derrière eux dans tout cela.

» Je ne mets pas la faute sur quelqu’un en particulier, mais la décision n’est pas bonne et je la conteste. Je me dis que ça ne tient pas debout et que personne ne mérite cela. « 

Le CISSS réplique

Dans un échange de courriel lundi après-midi, le CISSS de Chaudière confirmait que cette situation s’expliquait par l’objectif du ministère de changer les horaires de faction pour des horaires à l’heure, ce qui fait partie, explique-t-on, d’une stratégie gouvernementale plus large permettant de bonifier l’apport du système préhospitalier d’urgence au réseau de la santé et des services sociaux.

On ajoute que la transformation des horaires de faction à des horaires à l’heure était nécessaire pour permettre une réorganisation optimale de ce secteur d’activités et que dans cet ordre d’idée, la zone 322 – Saint-Fabien-de-Panet avait reçu une augmentation budgétaire afin de convertir l’horaire à faction actuelle de type 7/14 à un horaire à l’heure à raison de 12 heures par jour, 7 jours par semaine.

» Il est d’abord inexact de prétendre qu’il n’y aura pas de couverture ambulancière dans Montmagny-Sud la nuit, alors que la gestion des appels d’urgence, avec le nouveau modèle de déploiement dynamique, doit être vue plus largement. Le déploiement dynamique prend en compte la distance et le niveau d’urgence de chaque appel. Donc, tous les véhicules ambulanciers de la région seront amenés à travailler ensemble pour assurer les services aux citoyens en affectant l’ambulance la plus adéquate », indique Maryse Rodrigue, conseillère aux communications au CISSS, dans le courriel en question.

Cette dernière rappelle également que le CISSS avait toujours dit, depuis l’annonce ministérielle de juin 2022 aux différents acteurs concernés, que cette transformation n’était pas un passage obligé, que le statu quo avec le maintien des horaires à faction plutôt qu’à l’heure était possible.

« Ce n’est donc pas une décision unilatérale du CISSS ou même du ministère de la Santé et des Services sociaux d’imposer ce modèle dans les communautés d’ici au 31 mars 2023 », a-t-elle précisé en ajoutant que le CISSS avait cependant la conviction que le modèle à l’heure était avantageux pour la population. 

« En plus de maintenir une couverture ambulancière adéquate, le modèle permettra le déploiement de la paramédecine communautaire où l’apport des techniciens ambulanciers paramédics sera utile et efficace auprès des usagers en région rurale en évitant à ses citoyens, des visites répétées aux urgences de nos hôpitaux », poursuit-elle en soulignant, par ailleurs, que cette transformation permettrait de contribuer à l’attraction et à la rétention de personnel au sein des entreprises ambulancières.

Mme Rodrigue mentionne enfin que le CISSS de Chaudière-Appalaches avait actuellement des échanges dans le dossier, en concertation avec les élus de la MRC de Montmagny et le député de Côte-du-Sud et qu’à la lueur de celles-ci, une décision finale sera prise et commentée publiquement à ce moment.

Saint-Magloire sonne l’alarme

La municipalité de Saint-Magloire est celle qui, la première, a fait part de cette situation via les réseaux sociaux à la fin de la semaine dernière. Le maire Daniel Thibault a lui aussi dit déplorer cette situation, rappelant que sa municipalité était la seule de la MRC à être desservie par la centrale ambulancière de Saint-Fabien.

« C’est inquiétant de savoir qu’il n’y aura plus d’ambulance de nuit à proximité, d’autant plus que nous avons une population assez âgée. Armagh et Sainte-Justine vont nous desservir, mais quand ils seront chez nous, cela va créer un vide sur leurs territoires respectifs. Toutes les MRC de la région sont touchées par cette décision, incluant Les Etchemins et Bellechasse », a-t-il précisé en confirmant, lui aussi, que des pressions politiques devront être menées d’ici le 31 mars.

« J’ai contacté le bureau de notre députée, Stéphanie Lachance, pour voir si elle est au fait de ce dossier et voir ce qu’elle peut faire pour nous aider. J’attends un retour de sa part », a-t-il mentionné lors d’un entretien mardi matin.

« Il y a quelques années, le gouvernement a investi entre 200 000 $ et 250 000 $ pour la construction du pont surplombant la rivière des Orignaux, dans le rang du Lac, afin de permettre aux ambulances de Saint-Fabien d’arriver 8 minutes plus rapidement à Saint-Magloire. Aujourd’hui, on doit à nouveau se battre pour éviter des délais supplémentaires de 15 minutes la nuit », mentionne-t-il enfin.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires