Le plus grosse ferme caprine du Québec est bellechassoise

Par Andre Poulin

Caprijol Inc, la plus grosse ferme caprine du Québec, a pignon sur rue au 184, 1er rang Ouest, à Saint-Gervais.

 

Propriété depuis 1987 de deux Bellechassois d’adoption,  Louis Jolin et Micheline Larrivée, cette ferme, qui a d’abord été identifiée du nom de Larijol enr., a opéré jusqu’en 2000 dans le domaine de la production de lait de vache et dans celui de l’élevage porcin.

Ses propriétaires décidèrent alors d’abandonner ces deux productions et optèrent pour la production de lait de chèvre, une production plus incertaine en terme de revenus que celui du lait de vache, mais qui connaissait une importante croissance tout en n’étant pas contingentée comme c’est le cas pour le lait de vache.

Après s’être départi de son quota laitier et de son troupeau d’une quarantaine de vaches laitières ainsi que de sa maternité porcine, le couple acheta un premier troupeau de 70 chèvres, en 2000, année où il débuta la construction de la chèvrerie qui compte aujourd’hui plus de 20 000 p.c. de plancher.  Au cours des quatre années qui suivirent, il continuera d’investir dans l’augmentation de son cheptel caprin, qui est aujourd’hui le plus important du Québec avec ses quelque 1 050 chèvres, dont 550 chèvres laitières qui produisent en moyenne 1 050 litres de lait par année, soit 30  % de plus que la production québécoise moyenne.

Une performance record

Cette excellente performance, Jean-Philippe Jolin, le fils du couple Jolin/Larrivée qui est devenu copropriétaire de la ferme Caprijol après ses études à ITA de La Pocatière, où il a décroché, en 2007,  un diplôme en Gestion et exploitation agricole, l’explique pour une bonne part par les efforts consentis par l’entreprise à l’amélioration de la génétique de son troupeau. À cet égard, la ferme Caprijol recourt notamment à l’insémination artificielle avec de la semence de boucs français.

Les rejetons le la ferme Caprijol inc. sont d’ailleurs recherchés par les éleveurs de chèvres canadiens à qui l’entreprise vend chaque année entre 150 et 200 de ses chevrettes ainsi qu’une vingtaine de ses boucs.

 «Pour une petite entreprise agricole comme la nôtre avec ses 80 hectares de terre dont 50 en production fourragère et de céréales, le mot d’ordre est l’efficacité» explique Jean-Philippe Jolin que nous avons rencontré la semaine dernière sur la ferme familiale.

Ainsi, l’entreprise a adopté en 2010 un procédé hollandais d’élevage consistant à remplacer le fourrage par de la paille et de la moulée en cubes à volonté dans l’alimentation des chèvres en lactation et des chevrettes de moins de 30 kg , ce qui a permis d’augmenter la production laitière du troupeau.  Quelque 12 000 balles de paille par année, 6 500 balles de fourrage et quelque 360 tonnes de moulées par années sont ainsi utilisées pour l’alimentation du plus important cheptel caprin du Québec. L’efficacité passe aussi par des installations et des équipements adaptés à la production caprine. L’installation en 2010 d’une salle de traite comptant 60 postes qui permettent d’effectuer la traite des 550 chèvres en lactation de la ferme en 90 minutes figure notamment parmi ces initiatives.

Pour ce qui est de la production laitière de la ferme Caprijol, elle est vendue en totalité à la Fromagerie de Portneuf qui le transforme en fromages, notamment son Cendrillon.

Les Bellechassois retrouveront donc dans les produits de ladite fromagerie un peu de la saveur  de leur terroir. Pour en savoir plus sur la ferme Caprijol, visiter son site internet à l’adresse :larijol.webs.com

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
1 Commentaire
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Guylaine Brodeur
Guylaine Brodeur
1 année

J’aurais besoin de conseils, pourriez-vous me rejoindre?