Plus de 200 000 poulets euthanasiés en une semaine, selon Exceldor

Photo de Serge Lamontagne
Par Serge Lamontagne
Plus de 200 000 poulets euthanasiés en une semaine, selon Exceldor
Les locaux de l'usine d'Exceldor à Saint-Anselme sont déserts depuis le début du conflit. (Photo : La Voix du Sud - Éric Gourde)

ÉCONOMIE. Le conflit de travail en cours à l’usine Exceldor de Saint-Anselme a des conséquences désastreuses sur l’approvisionnement en poulet, selon l’entreprise.

Dans un communiqué émis ce mardi 1er juin, la direction de la coopérative avicole souligne que plus de 200 000 poulets ont dû être euthanasiés depuis le 23 mai dernier et que 300 000 autres s’ajouteront d’ici dimanche, pour un total de 500 000.

« Il est déjà prévu que la cadence d’euthanasie à la ferme se poursuivra à raison d’au moins 400 000 poulets par semaine », mentionne-t-on dans le communiqué en ajoutant qu’un maximum de volailles a déjà été déplacée vers d’autres entreprises de transformation primaire au Québec, en Ontario et au Nouveau-Brunswick.

La direction d’Exceldor ajoute qu’en plus d’affecter grandement les chaines d’approvisionnement des supermarchés et des restaurants, cette grève pourrait se traduire par l’incapacité des autres usines de la coopérative à obtenir la matière première dont elles ont besoin pour transformer la volaille.

Appel au gouvernement

À cet égard, l’entreprise a décidé d’interpeler le gouvernement afin que celui-ci aide à trouver une solution permettant de cesser ce « gaspillage alimentaire » et de maintenir l’intégrité des chaines d’approvisionnement.

« Au plus fort de la pandémie, des entreprises alimentaires comme Exceldor étaient reconnues comme un secteur prioritaire en raison des services essentiels qu’elles offraient à la population. Aujourd’hui, il est inconcevable que cette grève nous empêche d’être ce service tout aussi essentiel pour nourrir les Québécois et les Canadiens. Dans ce contexte, nous exhortons les ministres André Lamontagne et Jean Boulet à déterminer, le cas échéant, un niveau de service essentiel pour le type d’entreprise qu’est Exceldor, tout en préservant le droit de grève de nos employés syndiqués », souligne Joël Cormier, vice-président principal Division poulet chez Exceldor.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires