Un Économusée sur le fromage de lait de chèvre

Eric Gourde 
redaction@lavoixdusud.com

Un Économusée sur le fromage de lait de chèvre
Martin Langlais, Mahdi Boujelben, Amélie Soucy, Aagje Denys, Denise Gagné, Gary Cooper, Jenny Lessard, Richard Moreau et Carl-Éric Guertin étaient de l'inauguration. (Photo : gracieuseté)

AGROALIMENTAIRE. L’Économusée de la fromagerie fermière – Lait de chèvre a été officiellement inauguré chez Cassis et Mélisse à Saint-Damien, le vendredi 28 octobre dernier, en présence de plusieurs partenaires du milieu.

En visite libre ou guidée, tout a été mis en place pour offrir une expérience multisensorielle permettant de découvrir les métiers de chevrier et de fromagère. Partir à la rencontre des chèvres à la chèvrerie ou dans les pâturages favorise un contact privilégié avec les animaux et permet d’en apprendre sur l’élevage des chèvres, la traite et le travail du chevrier. Le parcours d’interprétation met en lumière les procédés de fabrication du fromage et l’histoire de l’entreprise.

« Partager notre passion, notre savoir-faire, notre histoire et notre milieu de vie avec les visiteurs a toujours été important pour nous », indique Aagie Denis, fromagère chez Cassis et Mélisse.

Mme Denis ajoute que cette ouverture était attendue depuis un certain temps. « Ça fait trois ans en réalité que nous travaillons là-dessus. On souhaitait le faire avant, mais entretemps, nous avons reçu une aide financière pour le bien-être animal et nous avons construit une grange, ce qui a causé le retard. Nous aurions pu attendre au printemps, puisque nous fermons bientôt en raison de la gestation des chèvres, mais nous repartirons la saison en janvier avec une nouvelle offre. »

Elle ajoute que l’Économusée, ce n’est pas seulement des panneaux d’interprétation, précisant que l’investissement nécessaire a avoisiné les 100 000 $.  « Il y a eu l’aménagement paysager, le stationnement, la boutique et tout le reste. Nous sommes maintenant mieux organisés pour recevoir des gens, c’est plus fonctionnel. Le petit café vient aussi bonifier toute notre offre. »

Notons qu’un jeu d’évasion permettra aussi aux visiteurs de découvrir la ferme et la fromagerie de manière autonome… et sans écran. Ceux-ci deviendront ainsi acteurs d’une chasse au trésor dans un esprit de tourisme lent (slow tourism) qui leur permet de s’imprégner tant de la passion des deux artisans que de la biodiversité de la ferme.

« On souhaitait que ce soit quelque chose de ludique. On ne voulait pas que ce soit un endroit seulement avec des affiches. Les enfants peuvent s’y amuser, prendre un balai, pousser le foin et découvrir l’élevage », précise Mme Denis.

Depuis les débuts de l’entreprise en 2004, le lait des chèvres est transformé à la ferme en fromages biologiques. Les visiteurs peuvent aussi déguster des assiettes à base des fromages et autres produits de la ferme directement sur place. Outre les fromages, la boutique offre un bel assortiment de produits gourmands d’autres artisans de la région. « Avant, nous vendions 85 % de nos produits à l’extérieur et c’est l’inverse, de nos jours. On se limite à quelques restos à Québec, sinon c’est uniquement chez nous. », précise Mme Denis.

L’entreprise est aussi en processus de certification pour obtenir son autorisation d’appellation contrôlée Fromage fermier. Un fromage fermier est fabriqué par un producteur-fromager selon des techniques traditionnelles et à partir de lait provenant uniquement de son exploitation. La certification avait d’ailleurs été lancée à cet endroit en mars dernier.

 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires